13 janv. 2008

Un croquis :: une photo

ou "quand je serais grand, je serais sumo"

Les jambes s'élèvent, les muscles se tendent, le slip colle, les mains transpirent, le regard perce, le torse bombe, les corps s'entrechoquent, les tétons claquent, la sueur perle, la graisse ondule et le public frémit pendant les 10 secondes que dure le combat! Le tout ponctué d'un grand cérémonial de gestes et de grandes phrases alors que les petits balayeurs eux, s'en foutent, ils nettoient le ring comme si rien n'était.

5 commentaires:

TELLE a dit…

je viens de découvrir ton blog - mais je connaissais déjà ton travail dont je suis fan fan fan!! bravo... et merci!

Toumik a dit…

Mon super papa voulant me marier de coeur me dit "vazy-donc, voir ce que fait ce garçon c'est superbe". J'y allai donc, et tombai raide-dingue de ton travail.
Je me suis permi de te mettre en lien sur mon p'tit blog de dessins, si tu as le temps d'aller semer un p'tit commaentaire, je serai la plus zoeureuse des zeuzes!
encore bravobravobravo
http://www.toumik.canalblog.com/

Mzelle Marcelle a dit…

Bonjour Samuel!
C est toujours aussi joli chez toi...ton voyage devait etre super!!!
j espere pouvoir y aller un jour avec mon petit carnet de croquis aussi... ;)
Bon week end et merci à toi de nous mettre autant de belles couleurs dans les yeux...

Mzelle Marcelle

katou a dit…

Franchement le sumo manque un peu de poésie pour moi mais j'aurai bien aimé que tu croques les p'tits balayeurs....

S. a dit…

Telle- merci
Toumik- merci aussi, bravo pour ton travail, et réserve la salle de mariage!
Mzelle-faut y aller, et monter sur le ring...
Katou-Mais si, la graisse qui ondule, ça peu être très poétique! Pour les petits balayeurs, ils mettaient tellement d'entrain à l'ouvrage que mon crayons ne suivait pas le rythme.